Parlons de : Jules Verne #2 – Anecdotes et thèmes

Temps de lecture : 5 minutes

Nous voilà ici pour un deuxième épisode sur Jules Verne ! Cet auteur aussi bien vulgarisateur, visionnaire ainsi que très bon narrateur. Le but de l’épisode précédent avait été de résumer sa vie pour vous donner un avant-goût de sa vie. Aujourd’hui, nous allons voir beaucoup plus de détails sur sa vie ainsi que ces valeurs. C’est donc dans cet article, que vous allez apprendre quelques anecdotes croustillantes sur Jules Verne ainsi que les thèmes qu’il aborde dans ses romans !

Je vous conseil de lire l’article précédent avant de lire cet article, j’y fait référence plus d’une fois et vous arriverez peut être mieux à comprendre.

Les principaux thèmes abordés.

Pourquoi est-il important de voir les thèmes principaux qu’il abordait dans ses romans ?

Et bien tout simplement car cela nous conduit vers les valeurs principales qu’avait l’auteur ! C’est génial non ?

Selon Pierre Lemaitre, un auteur n’a que trois, voir quatre choses à dire qui lui tiennent à cœur et l’écrivent dans la majorité de leurs romans. Pour les romans de Jules Verne, cela peut s’avérer extrêmement vrai. Bien sûr, dans ses romans, l’auteur aborde énormément de thèmes mais beaucoup reviennent constamment. Alors nous allons voir trois d’entre eux.

Le mariage forcé

Nous avons évoqué, dans l’article précédent, une forte déception amoureuse qu’avait subit Jules Verne dans sa jeunesse à cause d’un mariage forcé. Il en avait d’ailleurs tiré une incroyable citation que je trouve incroyablement romantique.

Depuis, bon nombre de ses romans comportent ce geste parental parfois très injuste. De nombreux exemples sont présents mais illustrons notre propos par son livre L’étoile du Sud. Dans cette histoire, le protagoniste, Cyprien, tombe amoureux d’une fille appelé Alice. Le père de celle-ci refuse absolument de la faire marié à un jeune ingénieur. Après quelques chapitre, on découvre que le père veut faire marier, sur un coup de tête, sa fille à quiconque arrivera a ses fins.

On peut donc voir, avec ce personnage aussi vicieux qu’absurde, que Jules Verne a voulu diaboliser la stupidité du mariage forcé. Aujourd’hui, il est vrai que le mariage forcé peut paraître assez barbare pour certains. Comme quoi, les mentalités ont bien changées.

Jules Verne à donc su s’engager dans un combat qui lui tenait à cœur, mais il a aussi montrer certaines choses grâce à ces écrits.

Le fait d’aller vers un objectif et non le contraire

En lisant cet auteur, on peut remarquer qu’une incroyable énergie se dégage de ses romans. Peut-être allez-vous me demander pourquoi. C’est tout simplement car la majorité des personnages de Jules Verne se dirigent vers leurs objectifs, c’est simple mais nombreuses sont les autres œuvres qui décident de suivre le schéma contraire.

Prenons l’exemple de Neo dans Matrix qui est attiré vers l’aventure, ou encore Anakin Skywalker dans Star wars. Ces deux personnages seront nommé “l’élu” dès le début de l’histoire ce qui ajoute un trait inexorable au destin du héros. Chez Jules Verne, c’est l’opposé, les personnages auront des objectifs clair et précis et iront vers cette aventure.

Mais qu’est ce que cela change pour le lecteur ?

Beaucoup de choses, déjà, le lecteur se verra beaucoup plus absorbé vers ce personnage qui s’est parié ce tour du monde en 80 jour par exemple. Mais cela ajoute un suspens insoutenable. Quand l’élu sera au bord de l’abandon, le lecteur sera amené à se demandé : “Oui mais c’est l’élu, pourquoi il échouerai ? En plus il reste 200 pages”, alors qu’il sera toujours tenu en halène par ce personnage qui meure envie d’atteindre son objectif, parce qu’il se l’es fixé lui même. Cela peut porter à débat, n’hésitez pas à vous exprimer dans les commentaires.

Le désir de s’accaparer les choses

On attaque le sérieux ! J’en reparlerai plus en détail dans le prochain article mais en effet, l’un des principaux thèmes que Jules Verne aborde est la mise en danger vis-à-vis des hommes ayant un désir de s’accaparer les choses à leurs avantages personnels. Il est vrai que dans de nombreux romans de Jules Verne, un personnage fourbe veut s’accaparer pour lui seul une avancée technologique.

Prenons une dernière fois l’exemple de L’étoile du Sud. Dans cette oeuvre, le père de la jeune Alice, John Watkins, est un propriétaire d’un champ diamantifère. Au fil de l’histoire, nous nous rendrons compte qu’il n’est attiré que par ces diamants. D’autant plus, par celui que Cyprien à fabriqué à l’aide de la science.

Avec ce personnages, Jules Verne nous met donc, avec une narration n’allant pas dans son sens, un personnage qui peut se voir déshumanisé par l’avarice.

3 anecdotes sur Jules Verne

Un mauvais père

On vas commencer avec une anecdote qui peu paraître comme assez sombre, il est vrai que cet homme c’est rendu compte dès la naissance de son fils qu’il n’était pas fait pour la vie de famille.

D’après son arrière petit fils, il était même un très mauvais père. En effet Jules Verne ne s’est presque pas occupé de Michael, son fils, car c’était un enfant mouvementé. D’après l’auteur, les enfants n’était là que pour perturber son travail.

Bien ou mal, nous n’allons pas nous poser cette question. Cette anecdote nous montre simplement que l’homme était simplement tombé amoureux de l’écriture. Il ne se laissait pas le temps pour la vie de famille qui, en plus l’ennuyait fortement. De plus, avec son contrat de travail de trois livres par ans, il devait énormément écrire.

Méthodes de travail colossales

Dans son travail, Jules Verne était un monstre de la discipline. Il écrivait de 5 à 11 heures du matin soit au total 6 heures d’écriture. Il partait ensuite s’informer sur les actualités du moment pour en faire, pourquoi pas, un sujet d’écriture.

En plus de cela, il s’informait massivement sur la géographie et la science. Selon un entretien qu’il a eu, il s’est abonné à un vingtaine de journaux scientifiques. Sa bibliothèque, était d’ailleurs remplie d’ouvrages géographique. Dans ce même entretien, sa femme affirme que Jules Verne est un passionné du travail bien fait et précis ce qui explique tout ces ouvrages.

En effet au début de sa vie, l’auteur ne voyageait pas, mais arrivait tout de même à décrire d’incroyables paysages. Il rêvait d’aventure depuis tout petit et c’est génial qu’il ait pu retranscrire des aventures dans ses romans.

Une passion derrière l’écriture

Je vous ai parler dans l’article précédent, que Jules Verne fût bercé par la culture marine à Nantes. Il était tellement passionné par l’évasion en mer qu’il s’octroya de faire une petite bêtise.

À huit ans, dès la nuit tombé, il sortit de chez lui discrètement et déambula dans les quais de la ville à la recherche d’un navire vide, qu’il trouva.

Il monta dedans on ne sait comment et commença à prendre le gouvernail. Le petit Jules se plongea dans ses rêves. Il était le capitaine de son navire, tournait le gouvernail dans tout les sens avec une excitation incroyable. Dans sa tête, il était déjà en mer pour rejoindre New York ou out autre ville qu’il entendait parlé autour d’une discussion d’adulte.

Malheureusement, son rêve arriva à sa fin. Le capitaine vît un enfant entrain de tourner dans tous les sens le gouvernail. Rouge de colère, le capitaine disputa très fort le jeune enfant qui désirait juste fouler le plancher d’un navire.

Cette anecdote est bien entendu romancée mais elle a existé.

Merci !

En espérant que vous avez pris du bon temps et surtout appris des choses à propos de cet auteur !

N’hésitez surtout pas à me donner votre avis dans les commentaires.

Les sources

Articles Récents

À propos de l’administrateur

Mathys Bernigaud
Mathys Publié le

Auteur débutant, je n'écris que depuis peu. J'ai, dans chacune, de mes histoire l'objectif de faire rêver mes lecteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *